Final Fantasy XV : l’avènement d’un nouveau futur
Final Fantasy XV (Versus XIII)>le 08/04/2018 à 11h43 par LCX
Image DAWN FUTURE.png


C’est donc lors de la PAX EAST 2018 que les développeurs de Final Fantasy XV ont décidé d’évoquer l’avenir du projet après la parution du combo faisant office de bilan temporaire (Édition royale/Édition Windows). Nous savions qu’une salve de quatre contenus additionnels viendraient compléter l’expérience jusqu’en 2019, nous connaissons à présent les premiers détails concernant les contenus narratifs, ludiques et le calendrier global de parution. Et Final Fantasy XV compte bien occuper l’espace jusqu’en 2019, sur tous les fronts : suivi de l'édition Windows avec les mods et autres options inédites, contenu pour Frères d’armes et DLC scénarisés pour tous.

Par LC et Skypirate


Image vieux DLC moisis.png
Le quadriptyque initial dont le succès a conditionné ce nouveau chantier, en dépit d'une réception critique mitigée


Image cristal4.png Une nouvelle philosophie pour un nouveau futur

Si vous avez parcouru l’ensemble de l’épisode d’Ignis, vous devriez être familier avec le déroulement alternatif occasionnant une très curieuse fin parallèle. Depuis lors, l’équipe s’est exprimée dans des interviews nourrissant le mystère quant à davantage d'éclaircissements à venir. Il était d’ailleurs question d’une conclusion ou bien plus heureuse ou bien d’un dénouement encore plus tragique selon Hajime Tabata qui avait sondé les joueurs en direct à ce propos. Il n’aura pas fallu attendre longtemps avant de comprendre vers quoi souhaitait se diriger l’équipe de développement qui espère tomber le rideau sur une note un brin mielleuse, quitte à jeter le trouble sur ce qui demeurera canon, et en dépit de la confirmation que la fin connue en 2016 reste la fin officielle. Chapeauté par Takefumi Terada (épisode d'Ignis), The Dawn of the Future (L’Aube du futur, comprendre l'aube d'un futur radieux) est le sobriquet (peut-être provisoire) associé à cet ultime développement, à cette dernière (?) fantaisie.

Image DaIB6f2VMAUw-MY.jpg large.jpg
Final Fantasy XV, vers une pastorale toujours plus niaise ?


Image cristal4.png Episode Ardyn: The Conflict of the Sage (La Lutte du Sage) (hiver 2018)

Le cas Ardyn Izunia dont le jeu n’offre qu’une vision parcellaire, trop caricaturale, s’offrira un développement plus conséquent suite à la demande des joueurs (en tête du fameux sondage de l’an dernier quant aux aspirations éventuelles des joueurs pour l’avenir). Nous devrions comprendre plus concrètement l’objet de la rancœur qui le consume depuis presque 2000 ans envers la famille royale du Lucis et sa lutte contre les six divinités. Nous sommes à cet égard curieux du traitement qu'empruntera ce DLC scénaristique et vérifier s’il enchaînera les ellipses pour couvrir cette longue période ou s’il se concentrera sur un moment plus névralgique.

Image ARDYN.png


Image cristal4.png Episode Side Story Aranea: The Beginning of the End (Le Début de la fin) (hiver 2018)

On se souvient avec torpeur de la tirade incroyable d’Aranea, la mercenaire impériale, nous annonçant qu’elle “comptait démissionner” alors qu’elle accompagnait Noctis et sa clique sous les ordres du chancelier Izunia. Ce deuxième DLC, présenté comme une histoire secondaire, nous permettra de mieux comprendre le ressenti des antagonistes face au danger et la prolifération des Daemons et de la Peste des étoiles. Vivre les derniers instants de l’empire du Niflheim trahi par son chancelier à cause de son obstination pour les Caelum ne devrait pas se refuser étant donné le malaise vécu par certains joueurs découvrant qu'ils n'en sauraient que très peu sur le destin de l'empire.
Les développeurs ont eu du mal à choisir entre elle, Ravus et Nyx mais la très populaire chevalier dragon finit par remporter les suffrages. Ravus ayant de toute façon retrouvé quelques couleurs dans l’épisode Ignis et le cas du héros de Kingsglaive finalement trop déconnecté du cœur de l’expérience ludique.

Image ARANEA.png


Image cristal4.png Episode Lunafreya: The Choice of Freedom (Le Choix de la liberté) (première moitié 2019)

Comme présagé à force de sous-entendus insistants, Lunafreya Nox Fleuret s’offrira un traitement pour l’inscrire de manière plus légitime dans les efforts qu’elle a déployés pour aider son bien-aimé, Noctis. Si nous ne disposons d’encore aucun détail à ce sujet en dehors de la confirmation qu’elle deviendra jouable, on peut naturellement s’attendre à un contenu très en lien avec les Six et la relation qu’elle entretient avec la Messagère divine, Gentiana.

Image LUNA.png


Image cristal4.png Episode Noctis: The Final Strike (Le Coup final) (première moitié 2019)

Final Fantasy XV devrait définitivement tirer sa révérence avec ce contenu dont les intentions restent très floues, sans aucun doute parce que l’équipe planche encore sur le sujet. Noctis devrait y mener son ultime affrontement différemment de ce qu’on a connu officiellement, afin d’offrir un avenir radieux à ses sujets. Les règles élémentaires de l’univers, la notion de destin embrassé, de sacrifices ou les règles divines volent alors en éclat. Prenant apparemment de la distance avec ceux qui protègent la Création, le roi élu trouvera dans le guide du "Deus Ex Machina parfait" le moyen d’amener une conclusion alternative où chacun se tombera sûrement dans les bras… quand les bras de certains joueurs exténués, eux, tomberont.

Image NOCTIS.png


__ __ __ __ __


Image FFXV_Comrades_Logo.png


Image cristal4.png Frères d’armes

Ce qui était l’extension multijoueur “naturelle” de FFXV deviendra un jeu à part à partir de cet été. Agrémenté de nouvelles quêtes (raids contre des boss), de nouveaux boss (le président Yosuke Matsuda ou encore Gilgamesh), les développeurs espèrent sûrement réinsuffler de la vie dans cette proposition ludique osée mais loin d’être aboutie qui a connu une désertion naturelle passé l’effet de surprise. Il est en tout cas intéressant de voir l’implication des développeurs dans un projet qu’on pensait déjà loin de leurs préoccupations.

__ __ __ __ __


Image ffxv-windows-edition-logo-fr.png


Parue le mois dernier, la très demandée édition pour ordinateur de FFXV profite d'un suivi lié aux particularités d'un environnement débarrassé des contraintes consoles. Penchons-nous sur les ajouts officiels par ordre chronologique :

Image cristal4.png PRINTEMPS 2018


Création d’avatar :
Marre de jouer selon le point de vue Noctis ?! La BD2 offrira la possibilité de créer votre avatar via l’outil déjà proposé dans l’extension multijoueur Frères d’armes.

Joueurs fantômes :
Un autre de vos rêves (né il y a 10 secondes) sera bientôt réalité : les avatars créés par les autres joueurs pourront apparaître au cours de vos pérégrinations (en qualité de guests ?) selon des conditions encore inconnues.

Trésors des joueurs :
Chaque jour, les joueurs pourront proposer aux autres de trouver un objet qui prendra de la valeur en fonction du temps qui aura été nécessaire pour le dénicher.
Les outils de gestion des mods seront aussi disponibles ce printemps. Cela dit, la communauté de moddeurs est déjà très active et conçoit déjà du contenu cosmétique pour palier aux fantasmes des uns et des autres.

Image cristal4.png AUTOMNE 2018


Un éditeur de terrain sera implanté ensuite. Si on vous propose de placer des rochers, des ennemis, ou des mets où bon vous semble sur la carte, il sera aussi possible de concevoir de petites quêtes ou par exemple des courses de chocobos. Le placement manuel d’objets ou d’ennemis pourra être associé à la création de chaîne d’événements : déclencheur, mouvements des personnages, contrôle de la caméra ainsi que des effets sur l’interface utilisateur. Reste à voir si les développeurs permettront de pousser la démarche un cran au dessus afin de stimuler la créativité des plus motivés. Autant vous confier que le slide de présentation disponible est assez vague et qu’il faudra patienter avant de connaître le vrai potentiel de cet outil.

__ __ __ __ __


Image cristal4.png Calendrier récapitulatif

Image calendrier.png


Vous trouverez ci-dessous un récapitulatif du calendrier prévisionnel.

Image cristal4.png ÉTÉ 2018


- Sortie de Final Fantasy XV : Frères d’armes en standalone
- MAJ 1 pour Frères d'armes

Image cristal4.pngHIVER 2018


- MAJ 2 pour Frères d'armes
- Episode d’Ardyn

Image cristal4.pngPRINTEMPS 2019


- Episode d’Aranea
- Episode de Lunafreya
- Episode de Noctis


__ __ __ __ __


Image cristal4.png Qu’en penser ?


Final Fantasy XV : l’avènement d’un nouveau futur


Il est loin le temps où on nous vantait la mise en chantier d’un seul jeu autosuffisant pour éviter de perdre le projet sur des années de labeur et sans garantie de résultats. Un souci de concision pour plus de clarté, mais une posture de façade au regard du calendrier passé et à venir. Il n’aura échappé à personne que le FFXV sorti fin 2016 a été fini comme il a été initié : dans la douleur. Tout le suivi “gratuit” ainsi que la parution de contenus scénarisés dans le fameux quadriptyque ont servi à étoffer le contenu plutôt pauvre ainsi qu’à revenir sur certains points noirs reconnus par l’équipe.
A propos du contenu gratuit, on s'interrogea souvent sur sa pertinence, notamment au regard d’un chapitre 13 bis tellement peu inspiré, et qui se présente en chemin alternatif privant le joueur nouveau d’un moment crucial pour Noctis. C’est avec effroi, lors de notre second run pour éprouver la Windows Edition, que le jeu nous a proposé de suivre ou bien Noctis ou bien Gladiolus avec comme seule variable affichée le niveau de difficulté. Voilà qui détruit encore un peu plus l’argument du point de vue de Noctis pour expliquer l’aridité narrative, et la contextualisation rudimentaire jusqu’à nous détacher des vrais enjeux.

Image
Avant une énième restructuration du projet entre fin 2013 et début 2014, il était sous-entendu que des suites verraient le jour


Ces enjeux, d’ailleurs, alors qu’on entendait de toutes parts combien FFXV serait fidèle à l’idée donnée de feu Versus XIII, ont d’une été noyés dans une intrigue très superficielle ainsi que dans ces fameux ajouts qui complètent et corrigent l’expérience. Le carnaval onirique ou le Festival des assassins ont contribué à étioler le propos théoriquement réfléchi du projet pour offrir toujours plus de divertissement, certes travaillé sur la forme, mais qui apparaît comme des caprices difficiles à pardonner alors qu’une volonté très orgueilleuse de clarté, de conquête et de grandeur transpiraient par tous les pores de la communication.

Nous pouvons donc aujourd'hui peser le pour et le contre de ce choix stratégique qui, s’il a fait du bien sur la forme avec une maîtrise de plus en plus évidente des environnements de développement contemporains, a causé une fracture titanesque sur le plan artistique.
Si le joueur éclairé savait qu’il faudrait faire des concessions çà-et-là sur le contenu que des rumeurs crédibles évoquaient comme étalé sur une trilogie, il faut faire la différence entre raison et renoncement intellectuel. L’étoffement et les rustines ont été l’occasion à maintes reprises de se demander comment le projet initial a été pensé, et à quel moment le squelette définitif a été gravé dans le marbre. Entre moments de bravoure supprimés et rajouts maladroits via un patch day-one intitulé “Crown patch” alors que le motif officiel du report invoquait justement l’envie de ne pas y recourir, la BD2 a définitivement donné du grain à moudre aux joueurs les plus remontés.

Image YOKO BOULOT.png
Yoko Shimomura, responsable de l'âme de la bande-originale, n'aura pas tellement pris part à l'élaboration musicale des prolongements. Elle a malgré tout signé quelques bons morceaux ornant le nouveau chapitre 14 de l'édition royale, et sera de retour pour signer le thème de ce nouvel avenir.


Les contenus annexes, comprenant ceux qui émailleront 2018 et 2019, ont dévoré le potentiel d’une suite. Un FFXV-2 semble improbable à ce jour tandis que la BD2 est allée au bout de son concept de FFXV UNIVERSE qui ramène toujours au seul et unique Final Fantasy XV. A cet égard, la BD2 semble faire son possible pour empêcher la conception d’une suite directe en colmatant parfois les zones d’ombre et surtout en concevant des visions alternatives. C’est en somme une remise en question de l’essence qui fait Final Fantasy : une création ultime qui même dans ses continuations met un point d’honneur à donner corps à une vision inédite d’un groupe de créatifs, pas à une ébauche conçue avec le concours de certains joueurs. Autrement, Final Fantasy deviendrait un simple pantin désincarné, déclinable à outrance obsédé par l’idée que certains s’en font. La fameuse maladie Final Fantasy que dénonçait Hajime Tabata l’a manifestement frappé.

À l’ère du DLC complètement démocratisé, que penser de la nouvelle forme misant sur la commercialisation d’un projet principal auquel des DLC sont ajoutés sur plusieurs années ? Il est naturellement agréable de poursuivre l’immersion dans des mondes qui nous ont plu, à condition que l’expérience apporte quelque chose. À ce titre, les épisodes de FFXV ont amené de nouvelles jouabilités et ont tenté d’approfondir certains pans de l’histoire avec des révélations finalement très anecdotiques et des expérimentations ludiques souvent maladroites, notamment en ce qui concerne l’épisode de Prompto. Le Season Pass 1 reste néanmoins un investissement honnête, surtout que son contenu a véritablement été conçu après la sortie du jeu, et propose en outre quelques moments délicieux en compagnie du personnage d’Ignis. La pertinence de ces rajouts n’en reste pas moins discutable et l’incapacité des équipes à pouvoir les intégrer naturellement au cours du fil de l’histoire témoigne de leur statut accessoire.

Image Ffxv_crystal.png
Quelle est donc l'alternative pour pallier à la dictée du destin ? Un monde de rêves, un monde alternatif, un monde "Versus" ?


Le nouveau futur qui se dessine pour l'épopée de Noctis et cie dans un improbable "et si" grandeur nature, apparaît alors comme parfaitement accessoire, à destination de ceux qui seront encore disposés à accorder de l'attention à cette fantaisie brinquebalante alors que d'autres jeux feront la loi. La scission sera définitivement consommée d'ici là entre les fans et les sceptiques. Les critiques adressées à l'encontre des développeurs ne feront qu'être répétées en dépit d'élans de conciliation dans les détails, mais viendra enfin le temps de l'ultime bilan qui si on évacue le temps et les errements aura demandé trois années supplémentaires de patience. Ces trois années auront certes montré la capacité de la BD2 à prendre en charge plus efficacement des développements de jeux modernes, mais aussi à interroger toujours plus sur la pertinence d'avoir mis l'accent sur la forme au détriment d'un fond dilué dans de simples considérations commerciales.


Bookmark and Share


Flux RSS Valid XHTML 1.0